Sans souffle, pas de voix

« Apprendre aux autres une technique vocale pour mieux parler, mieux projeter sa voix, avoir une meilleure élocution, diction, est aussi une façon de défendre notre langue. »  — Jean-Philippe LAFONT – Chanteur lyrique et désormais « maître d’éloquence »

Il y a de longues années que je lis à haute voix. D’abord, j’aime ça ; c ‘est un bonheur d’entendre les mots « sortir » du fond de son ventre. La lecture à haute voix, tout comme l’écriture, n’est-elle pas organique ? Ensuite, cette habitude me permet de vérifier la musicalité de mes propres écrits, de les mâcher et remâcher, jusqu’à ce qu’ils sonnent à ma guise. Enfin, en entendant un texte vivre, je m’entends vivre moi-même.

Je pratique la lecture à haute voix dans la sphère privée — je lis beaucoup pour moi, mais aussi pour mon mari, principalement en voiture ! —, et dans la sphère publique : ateliers d’écriture, « Soupes aux livres », interventions avec mon orgue de barbarie, durant lesquelles il m’arrive de mêler mes propres textes aux chansons des autres.

Parole, musique, musique de la parole, tout est lié. La grande Nathalie SARRAUTE ne disait-elle pas :« Quand j’écris, j’écoute. J’écoute chaque mot. Et quand je lis, c’est pareil. Tout ce que je lis, je l’entends. » ?

Quand on a, comme moi, le privilège d’écrire et d’être publiée, qu’on a, de plus, un petit bagage musical, il convient de mesurer sa chance et de ne pas gâcher ses talents. 

 Faire fructifier mon petit capital et le donner en partage                     

Améliorer la technique indispensable à mes pratiques, tel était donc mon objectif en m’inscrivant à un stage de lecture à voix haute. Durant cinq demi-journées de ce mois de juillet, dans la belle cité de Rabastens, Anne, Anne-Marie, Alexandra, Corinne, Isabelle, Monique et moi avons profité des conseils de Gilles FOSSIER (CRL). Personne n’a la science infuse. Si, pour l’art dont je parle, lire beaucoup, ne pas perdre une occasion d’écouter les autres (lecteurs publics, comédiens, conférenciers, orateurs,…) nous donnent de bonnes pistes de progression, rien ne peut remplacer les leçons de celui qui a appris à apprendre, qui a le goût et la volonté de transmettre des techniques et des expériences : le maître

Suivez la partition de l’auteur, prononcer toutes les syllabes (vous allègerez après), faites entendre les silences — c’est la ponctuation qui détermine le rythme du texte —, allez-y, soyez-y, communiquez avec ceux qui écoutent, sentez-les réfléchir, penser, s‘émouvoir, attention au souffle défaillant, sans souffle pas de voix, repérez l’acmé, pensez à la flèche dramatique, évitez les gestes, entraînez-vous, prenez des risques, gardez une part d’innocence… Emilie, mets de la chair dans tes voyelles ! 

Nous avons travaillé d’arrache-pied dans l’écoute et la bienveillance mutuelles. J’ai l’impression d’avoir beaucoup appris. Merci à Gilles et à mes camarades. Serai-je capable de mieux lire désormais ? 

Sur le chemin du retour, dans cette vague mélancolie qui accompagne la fin de tout stage, en me remémorant tous ces conseils, je me disais : « Restent la grâce, le charisme, qui font toute la différence et qui ne s’apprennent pas. »

De gauche à droite : Monique, Alexandra, Emilie, Gilles, Anne, Anne-Marie, et Isabelle
Photo : Corinne
Et Corinne !
Ce contenu a été publié dans Écriture. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

2 réponses à Sans souffle, pas de voix

  1. emildkg@admin dit :

    Merci, Gilles, je garde un excellent souvenir de ce stage. En suivant tes conseils, j’ai progressé et vais progresser dans l’art de la lecture à haute voix.

  2. Fossier dit :

    Le reflet, en deux images, d’un stage dense et détendu durant lequel la présence et les apports de chacune d’entre vous ont nourri cette belle rencontre. L’envie, et la volonté de travail étaient là, accompagnées de respect dû au texte et de celui dont vous avez fait preuve entre vous. Autant d’éléments favorables pour avancer. Je vous encourage vivement à entretenir votre voix et à continuer, en confiance.
    N’oublions pas de mâcher et manger le texte, de déglutir et de…respirer.

    Gilles

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.